Avis

  • Les sites d'Échange professionnel et du Réseau canadien d'information sur le patrimoine ont été combinés pour mieux servir vos intérêts.

Un musée réinvente l’expérience muséale : le Museum of Old and New Art

avril 2013

0 commentaire

Lorsque le Museum of Old and New Art (MONA) en Australie a ouvert ses portes en 2011, l’objectif était de réinventer l’expérience muséale traditionnelle. L’établissement privé était dans une situation unique; il avait la capacité d’intégrer la technologie à toutes les étapes du projet. Ce travail a abouti à ce que le MONA appelle l’application « O Tour », une innovation technologique qui permet d’ajouter du contenu numérique directement dans ses salles d’exposition et de le capter grâce à un arsenal de 1 300 iPod.

Un musée sans cartels

Le MONA cherche à se différencier de plusieurs manières. Par exemple, le musée n’a pas de cartels qui renseignent les visiteurs sur les œuvres d’art présentées. Chaque iPod contient, en revanche, une étiquette de repérage qui permet de localiser les visiteurs n’importe où dans le musée en temps réel.
Grâce à cette technologie Wi-Fi exclusive, l’application « O Tour » est en mesure d’offrir plusieurs fonctionnalités novatrices. Par exemple, au lieu de devoir lire les cartels, les visiteurs ont accès à des renseignements supplémentaires s’affichant sur l’iPod qu’on leur a prêté, en fonction de l’œuvre d’art à proximité. Lorsque plusieurs œuvres sont très près les unes des autres, de petites vignettes aident les visiteurs à trouver celle qui les intéresse.

Les iPod ne sont pas optionnels

Les appareils Apple sont fournis gratuitement à tous les visiteurs, mais le prix de la location est compris dans le prix d’entrée. Les membres du personnel prennent le temps d’expliquer en quoi consiste l’application « O Tour » à chacun des visiteurs à leur arrivée. L’objectif est d’éliminer autant que possible les difficultés d’ordre technologique. Tout au long de la visite autoguidée, tous les renseignements sont fournis à l’utilisateur au moyen d’un iPod Touch.

Chaque visite est différente

Le système de positionnement à l’intérieur du musée est précis à quelques mètres près. Les utilisateurs peuvent ensuite accéder à du contenu additionnel, comme des descriptions, de la musique et des vidéos. Comme prévu, le contenu mis à disposition est basé sur la proximité de l’utilisateur par rapport aux différentes œuvres. Toutefois, le contenu variera d’un utilisateur à l’autre. Cette fonctionnalité est particulièrement utile lorsqu’un groupe de personnes visitent une exposition en même temps, p. ex. une famille ou un groupe d’écoliers. La présentation de contenu varié encourage les visiteurs à parler entre eux de l’œuvre d’art et d’échanger différents renseignements.
La répartition aléatoire du contenu est un moyen efficace de combattre le syndrome des « têtes baissées », où les visiteurs passent plus de temps à regarder leur appareil mobile qu’à admirer les œuvres exposées. Les produits d’interprétation au MONA ne sont pas une distraction; au contraire, ils ajoutent à l’œuvre d’art. Les iPod ne prennent pas toute la place.

Exemple de l’expérience d’un visiteur avec l’application « O Tour » du MONA. Les utilisateurs peuvent accéder à la version 3D de leur visite après coup.

Vous êtes-vous déjà demandé comment les visiteurs parcouraient une exposition? Quelles œuvres sont les plus aimées, regardées, admirées, boudées, commentées? Le MONA a élaboré l’application « O Tour » en gardant ces questions à l’esprit. Cette application offre un autre type d’expérience muséale, où les cartels ont été remplacés par des iPod fournis à tous les visiteurs.

La visite se poursuit à la maison

Pendant la visite, les visiteurs sont invités à fournir leur adresse courriel. Ceux qui acceptent de le faire pourront reprendre en ligne la visite qu’ils ont faite, une fois à la maison. La visite virtuelle retrace le parcours exact du visiteur dans le musée et, en 3D, elle est encore plus impressionnante! La visite est reproduite dans les moindres détails. Les œuvres d’art sont d’ailleurs présentées dans l’ordre où l’utilisateur les a regardées. Celles que le visiteur a omises ou manquées sont affichées dans une autre section. Les utilisateurs peuvent également échanger des œuvres d’art particulières avec leurs amis après la visite.
Pour le musée, le système d’orientation fournit des données en temps réel sur la visite de chacun des visiteurs au musée. Les responsables peuvent donc voir comment la plupart des gens décident de se déplacer dans le musée. L’application « O Tour » comporte également une option J’aime/Je déteste pour chacune des œuvres d’art. Les visiteurs peuvent ainsi soumettre leur opinion concernant certains objets. En retour, le musée recueille d’abondantes statistiques concernant les habitudes de visite. On peut déterminer quelles sont les œuvres les plus appréciées, celles que les visiteurs ont admirées plus longuement et celles qui sont les plus détestées.

Pas pour la plupart des musées

Malheureusement, on n’a pas de renseignements sur le coût lié à l’élaboration de cette expérience muséale technologique. Le fait que ce soit un nouveau musée a énormément aidé, car celui-ci n’avait pas à se préoccuper d’anciens systèmes ou de membres qui auraient été contrariés par la transformation radicale des expositions. Si vous possédez de l’information sur ce projet que vous aimeriez partager, vous pouvez le faire en utilisant la zone de commentaires ci-dessous.

Vous cherchez d’autres nouvelles à propos des musées et de la technologie?
Ce billet fait partie du bulletin électronique mensuel publié par le Réseau canadien d’information sur le patrimoine (RCIP). Inscrivez-vous gratuitement dès aujourd’hui ou consultez les plus récentes nouvelles.

 

Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Partagez sur Pinterest

Mots-clés : , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Défi-réponse